5ème édition de l'Égalité Professionnelle

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. PDFImprimerEnvoyer

5ème édition de la Semaine de l’égalité professionnelle, 2 au 8 octobre 2017

« Pourquoi les filles sont-elles si peu présentes dans nos filières industrielles ? »
C’est le thème du débat qu’ont ouvert les élèves de MCI (maintenance des véhicules automobiles et chaudronnerie industrielle) pour cette 5ème édition de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes.

Ce lundi 2 octobre, les élèves de Première Bac pro ont invité leurs homologues de Seconde à la projection de films réalisés en classe et récompensés à Je filme le métier qui me plaît 2015 et 2017 dans la catégorie « Halte aux idées reçues » ainsi qu’aux Trophées de la Mixité en 2017. Un débat sur la place des filles dans leurs sections a poursuivi la rencontre.

  • Pourquoi ne sont–elles qu’une à trois selon les années, alors que les filles ont droit d’exercer tous les métiers ?
  • Les métiers de l’industrie sont–ils trop difficiles ou trop physiques ?
  • Les élèves garçons sont-ils mal accueillants dans ces sections ?
  • Quels sont les clichés dont les métiers industriels peuvent être victimes ?
  • Contre quelles sortes de préjugés, les filles doivent–elles se battre ?

Ce sont toutes ces questions que se sont posés ces élèves, filles et garçons ! Leurs réponses témoignent d’adolescents très concernés et qui ont déjà bien réfléchi :

« La chaudronnerie comme la mécanique demandent des qualités qui ne sont ni féminines ni masculines » explique Alicia, qui ajoute ne pas croire à ces qualificatifs. « Il y a plein de choses minutieuses et inconnues du grand public à faire en mécanique et en chaudronnerie qui peuvent plaire à tous les élèves » complète Modou. Et toutes les jeunes filles confirment lorsqu’Océane s’exclame « Ce sont les gens qui ne connaissent rien à la chaudronnerie qui nous disent que ce n’est pas pour les filles, qu’il vaut mieux faire des études de secrétaire ! ». Et Mélanie de confirmer : « les préjugés ne viennent ni des camarades garçons ni des chefs d’entreprise mais plutôt des gens extérieurs au métier ».
Les filles sont elles meilleures élèves ? Qu’en est-il des résultats au bac demande un élève de Seconde ? « Dans notre classe, les filles sont comme les garçons » répond Béatrice en souriant, « il y en a de bonnes élèves et il y en a des moins bonnes, cela dépend des caractères ».

La dernière partie du débat s’est concentrée sur la question des actions à mener pour parvenir à une réelle égalité femmes-hommes dans l’enseignement professionnel industriel.
Les propositions ont fusé : réalisation d’affiche de promotion ou présentation aux élèves de 3ème avant le choix d’orientation. « On devrait y aller à deux, une fille et un garçon, on montrerait nos films et on discuterait comme aujourd’hui » a suggéré Théo, suivis par ses camarades. Une conclusion qui nous a montré que nos jeunes lycéens sont prêts à développer une véritable culture de l’égalité.

Photo1

Photo2

Photo3